vendredi 19 juin 2015

Joseph-Eugène ALLIBERT (1815-1861)

Allibert, Joseph-Eugène, sourd-muet, né à Digne le 9 mars 1815, fils de Allibert Pierre-Paul-Antoine. élève à l'Institution Nationale des Sourds-Muets de Paris et également professeur dans le même institut, a publié plusieurs rapport remarquable sur la statistique et les moyens d’améliorer la condition des sourds-muets en France et à l'étranger.

Il est un des fondateurs et secrétaire de la Société centrale des sourds-muets dont le but philanthropique a attiré l'attention de tous les gouvernements sur ces infortunés.

Élevè à Saint-Jacques, il provoque l'étonnement du Dr Itard en lui prouvant qu'il avait des idées sur le monde avant le début de son instruction. [...] Sa signature figure sur les deux pétitions des élèves lors de la révolte à Saint-Jacques en 1830 [...] Il rendra compte de la tentative d'Itard de le faire parler dans une lettre très critique à l'égard de son mentor, adressé à l'Académie impériale de médecine. Il y témoigne de l'incapacité d'Itard de communiquer avec lui en langue des signes, Berthier seul étant capable de lui expliquer les textes des grands auteurs, de La Fontaine à Voltaire. [...] En 1841, il est professeur suppléant à l'Institution Nationale des Sourds-Muets de Paris. Membre active de la Société centrale, dont il est secrétaire dès la création; il est l'un des commissaire des banquets en 1841 et 1842. En 1843, il proteste contre le fait des organisateurs des salons ou sont régulièrement exposées des œuvres des sourds-muets, refuse de mentionner cette qualité à coté de leurs noms. Discours au banquet 1846. Au banquet de 1847, il ouvre une pétition au roi Louis-Philippe, pour que Berthier soit décoré de la Légion d'Honneur. Il préside le banquet de 1851 et celui de 1856.
(source https://books.google.fr)



Enregistrer un commentaire