mercredi 8 juillet 2015

Louis CAPON (1846-1907)

Ancien élève de l'Institution Nationale des Sourds-Muets de Paris, officier d'Académie, directeur-fondateur de l'école des sourds-parlants d'Elbeuf.

Texte trouvé sur http://archive.org/steam/RevueFrancaiseDeLeducationDesSourds-muets24

M. Capon a reçu les palmes académiques en 1879

Il fonda à ses risques et périls à Caudebec-lès-Elbeuf, en 1871, l'enseignement oral. A cette époque, il se maria. Ayant trouvé, dans la personne de sa femme, une précieuse auxiliaire pour l'Institution d'Elbeuf.

Dans  l'institution dirigée par M. et Mme Capon sont reçus des enfants de la Seine Inférieur, et des départements voisins. Le Conseil général lui alloue 250 fr et la ville d'Elbeuf 150 par an pour chaque élève indigent ainsi qu'une subvention de 1000 fr totalement  absorbé par un professeur attaché à l'école. C'est peu, car les élèves sont nourris, habillés, et logé aux frais de M et Mme Capon, mais leur dévouement supplée à l'insuffisance des allocations, si les époux sont loin de s'enrichir à faire ce métier, malgré trois enfants sur les bras, ils trouvent au moins, une certaine consolation dans le plaisir des services qu'ils rendent à la société.

MINISTÈRE de L’INTÉRIEUR  

Certificat délivré à l'élève, à sa sortie.

Récapitulation des notes sur le séjour dans l'Institution Nationale des Sourds-Muets de Paris.

L'élève Capon a reçu un degré d'instruction tel qu'il est très capable de se livrer à l'enseignement de ses frères d'infortune. Exceptionnellement doué et grâce à des dispositions spéciales, il a constamment été le premier dans ses classes comme dans les cours supérieurs.

Il emporte l'estime de ses maîtres, et l'affection de ses camarades qui regretteront longtemps son départ de l'institution où, du reste, une place lui était réservé dans le corps enseignant, par sa capacité hors ligne et sa conduite exemplaire.

Paris le 15 Mai 1865

Le Censeur, signé: Vaisse.

Le Directeur, signé: De Col

 
 

Enregistrer un commentaire