mercredi 6 mai 2015

Les derniers moments de l’Abée de L’Épée.

Tableau de Frédéric Peyson (1807-1877), datant de 1839. Peintre sourd-muet de Montpellier, il fut un élève de Coignet, d'Hersent et d'Ingres.

Ce tableau représente l'abbé de l’Épée bénissant ses élèves sur son lit de mort. L'abbé Claude Marduel (neveu et successeur de Jean Baptiste Marduel, curé de Saint Roch) est à son chevet. Jean Baptiste Marduel permit à l'abbé de l’Épée, jansénisme, d'utiliser la chapelle Saint Roch pour y exercer son ministère.

A ses côtés s'y trouve aussi une députation de l'Assemblée Nationale, dont Monseigneur Champion de Cicé, archevêque de Bordeaux.

On y voit aussi des parents, des élèves et même une jeune sourde venue, dit-on, de très loin, à pied pour se recueillir au pied du lit.

La phrase qui accompagne le tableau "Mourrez en paix, la patrie adopte vos enfants" rappelle le vœu du gouvernement révolutionnaire de faire désormais du devenir des sourds, une affaire nationale et de créer un établissement à cet effet.

L'acquisition de ce tableau fut proposée par Ferdinand Berthier mais l'Institution ne pouvant se permettre cette dépense, Frédéric Peyson l'offrit en juin 1845 et il fut placé dans la chapelle de l'Institution Nationale des Sourds-Muets de Paris. Il est actuellement placé dans la salle Sicard.

Enregistrer un commentaire