mercredi 6 mai 2015

Roch Ambroise Auguste Bébian 1789-1839
Œuvre de Gustave Chassevent-Bacques (1818-1901), peintre, pastelliste, fut un élève de Léon Cogniet. Il a peint des scènes religieuses et orientalistes, et surtout des portraits au pastel, qu'il exposa au Salon à partir de 1845.
Ce tableau représente Roch Ambroise Auguste Bébian (entendant) (1789-1839). Il est né en Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre, dans une famille aisée de négociants. Cela lui permit de partir pour Paris dès l'age de douze ans. Filleul de l'abbé Sicard, il s'installa à l'Institution Royale des Sourds-Muets de Paris et s'intéressa rapidement aux sourds et à leurs langue des signes. En 1816, il fut nommé répétiteur à la place de Laurent Clerc partant pour les États-Unis. En 1819, l'abbé Sicard le nomma censeur des études. En 1821, il fut évincé de l'Institution à cause de différents avec certains professeurs et avec le conseil d'administration. Il tenta alors de fonder une école privée à Paris en 1836, mais ce fut un échec. Il dirigea brièvement l'école de Rouen de 1832 à 1834 avant de regagner la Guadeloupe où, malade, il mourut le vingt-quatre février 1839 à l'age de cinquante ans.
Auguste Bébian fut le promoteur d'une éducation bilingue (langue des signes, langue française). Nous retiendrons de lui les écrits suivants : en 1817 : "Essai sur les sourds-muets et sur le langage naturel, ou introduction à une classification naturelle des idées avec leurs signes propres". En 1825 : "Mimographie ou essai d'écriture mimique propre à régulariser le langage des sourds-muets". Et en 1827 : "Manuel d'enseignement pratique des sourds-muets".
Enregistrer un commentaire